Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Castres secrète

Castres secrète. La sous-préfecture du Tarn pâtie de l'ombre d'Albi. Pourtant la petite sœur de la ville de briques rouges mérite qu'on s'y attarde et son patrimoine, plus discret, n'est pas sans intérêt. Les maisons colorées, sa cathédrale Saint-Benoît, ses hôtels particuliers et son histoire sont très riches et pourtant trop méconnus.  

Pour ce tout nouveau reportage, je vous propose de me suivre à la découverte de cette très belle ville du Tarn. Pour ce faire, j'ai demandé à deux guides fabuleux, Jean-Pierre Carme, le carillonneur historien natif de Castres et à Alexandre Bugis, né lui aussi à Castres et guide professionnel à l'Office de Tourisme de Castres-Mazamet de me guider dans leur ville et de me raconter un maximum d'anecdotes que vous en trouverez dans aucun guide. Mieux, nous sommes même entrés dans l'église Notre-Dame de la Platé tout juste rénovée qui n'est pas encore ouverte au public.

Alors, on y va ?

Pour commencer, gardons nos bonnes habitudes et commençons par l'excellente vidéo de notre visite:

Nous débutons notre périple devant l'ancien Palais épiscopal devenu sous Napoléon la Préfecture éphémère du Tarn puis l'Hôtel de Ville. Actuellement en grands travaux, d'immenses échafaudages entourent l'édifice et nous ont empêché toute prise de vue.

L'évêché de Castres (avant travaux) et ses superbes Jardins dessinés par Le Nôtre et classés "Jardins Remarquables"

L'évêché de Castres (avant travaux) et ses superbes Jardins dessinés par Le Nôtre et classés "Jardins Remarquables"

Alexandre nous raconte que c'est là que se trouvait au Moyen-âge l'abbaye Saint-Benoît. Détruite au fil des siècles, seul son clocher roman qui servit de tour de guet et la cathédrale éponyme en rappelle l'existence.  

La tour romane de l'ancienne Abbaye Saint-Benoît

La tour romane de l'ancienne Abbaye Saint-Benoît

Avec Jean-Pierre et Alexandre à l'emplacement de l'ancienne Abbaye Saint-Benoît

Avec Jean-Pierre et Alexandre à l'emplacement de l'ancienne Abbaye Saint-Benoît

De là, nous détaillons l'aspect de l'architecture extérieure de la Cathédrale de Castres, dédiée elle aussi du coup à Saint-Benoît. Cet immense quadrilatère semble avoir subi plusieurs remaniements comme en attestent les ouvertures murées. Jean-Pierre nous confie que l'une d'entre-elles était la porte réservée à l'organiste, à l'époque où les orgues étaient installées dans une des chapelles latérales

Ancienne porte réservée à l'organiste titulaire de la cathédrale Saint-Benoît de Castres

Ancienne porte réservée à l'organiste titulaire de la cathédrale Saint-Benoît de Castres

Mais entrons dans la cathédrale. 

L'architecture est bizarre. Ce rectangle semble ramassé sur lui-même. Elle n'est ni grande, ni petite. Alexandre nous confie qu'il s'agit en fait uniquement du Chœur de la future cathédrale voulue par Monseigneur Tuboeuf. Il voulait bâtir à Castres la plus grande cathédrale de France. 

Il commença en 1666 par faire construite sur ses propres deniers, le nouvel évêché par l'architecte Royal Jules Hardouin-Mansart (celui de Versailles) et les jardins par Le Nôtre, rien que ça !

Malheureusement, il mourût le 16 avril 1682, alors que seulement le chœur de la cathédrale n'avait été édifié. Faute d'argent, les travaux furent immédiatement stoppés et ses successeurs n'eurent jamais le budget et la volonté de poursuivre ce rêve un peu démesuré...

L'intérieur de la cathédrale Saint-Benoît de Castres

L'intérieur de la cathédrale Saint-Benoît de Castres

Jean-Pierre lui attire notre attention sur l'une des chapelles. Dédiée à la Vierge Marie, l'autel et le retable avec ses belles colonnes sont en marbre blanc. 

Comme pour beaucoup de mobilier de la cathédrale, ceux-ci proviennent de l'ancienne Chartreuse de Saïx à quelques kilomètres de Castres, qui fut détruite durant la Révolution Française.

Les mêmes se trouvent dans l'église de Vielmur. Acheminée par bateau, l'une de celles de Vielmur est tombée dans l'eau et ne fut repêchée que quelques temps plus tard, laissant le temps au limon de la rivière de pénétrer le marbre et de le brunir. Ainsi seules les colonnes de Castres ont gardé leur couleur immaculée.

L'ancienne Chartreuse de Saïx telle qu'elle fut prévue d'être édifiée au 14ème siècle

L'ancienne Chartreuse de Saïx telle qu'elle fut prévue d'être édifiée au 14ème siècle

Chapelle de la Vierge avec son autel, son retable et ses colonnes blanches qui proviennent de la Chartreuse de Saïx

Chapelle de la Vierge avec son autel, son retable et ses colonnes blanches qui proviennent de la Chartreuse de Saïx

Nous sommes bien sages...

Nous sommes bien sages...

L'un des spots "carte postale" des plus connus de Castres et la vue des maisons colorées sur la rivière.

J'adore cette vue des maisons qui se reflètent dans l'Agout que ce soit au petit matin ou au soleil couchant

Les maisons colorées de Castres au petit matin

Les maisons colorées de Castres au petit matin

Les maisons colorées de Castres aux couleurs du soleil couchant

Les maisons colorées de Castres aux couleurs du soleil couchant

Ces maisons qui ne sont pas sans rappeler celles de Florence en Italie ou pour celles de Gérone en Catalogne, étaient celles d'artisans: tisserands, tanneurs, teinturiers, papetiers, parcheminiers...

Toutes ces maisons-ateliers construites sur la rive de l'Agout permettaient l'accès nécessaire à l'eau via les "caussinas", ces caves où se trouvaient les cuves à chaux les "caussins". Puis les peaux ou les draps étaient étendus dans les galetas ouverts les "soulelhous" typiques séchoirs que l'on retrouve partout en Occitanie.

Les Caussinas (caves) des ateliers des artisans de Castres

Les Caussinas (caves) des ateliers des artisans de Castres

De nos jours, la seule activité sur la rivière sont les jolies balades au fil de l'eau sur le coche d'eau, cette ancienne diligence fluviale à fond plat que la ville de Castres propose presque toute l'année. Elle part du centre-ville et va jusqu'au superbe parc arboré de Gourjade où sont rassemblées de nombreuses activités ludiques et de loisirs, piscine, bowling, centre équestre, mini-ferme, golf 9 trous... 

Le coche d'eau de Castres permet une chouette mini croisière au fil de la rivière Agout

Le coche d'eau de Castres permet une chouette mini croisière au fil de la rivière Agout

De là, Jean-Pierre et Alexandre nous mènent devant une vaste bâtisse que je n'avais jamais remarquée.

Il s'agit de l'ancien évêché de Castres. La ville fut élevée au rang d'évêché par le Pape Jean XXII le 11 juillet 1317. Il fut définitivement supprimé en 1801 et rattaché tout comme celui de Lavaur au Diocèse d'Albi. 

Le bâtiment porte les traces de son histoire entre le 14ème siècle date de sa construction sous les épiscopats de Déodat de Séverac puis d'Amelius de Lautrec et le 17ème siècle date à laquelle Mgr Tuboeuf s'installa dans le nouveau Palais épiscopal qu'il venait de se faire construire comme nous l'avons vu plus haut.

Souvent, j'aimerai pouvoir remonter le temps ou d'un coup de baguette magique remettre les bâtiments comme celui-ci au moment de leur apogée afin de voir comment ils étaient, quel était leur mobilier, les objets...

Bon je sais, je suis un grand rêveur... Mais sérieux, vous n'aimeriez pas pouvoir le faire vous aussi ?

L'ancien évêché de Castres abandonné au 17ème siècle
L'ancien évêché de Castres abandonné au 17ème siècle

L'ancien évêché de Castres abandonné au 17ème siècle

Même si beaucoup de monuments furent détruits durant les Guerres de Religions, Castres, ville protestante conserve tout de même de magnifiques hôtels particuliers. 

Nous nous arrêtons devant un des plus beaux, l'Hôtel de Nayrac.

Construit par le marchand et négociant drapier Jean Houlès, venus s'installer à Castres en 1620 au moment où la ville avait sa Chambre de l'Edit, tribunal protestant, ce qui attira de nombreux calvinistes à venir s'installer à Castres. 

C'est un très bel exemple d'architecture Renaissance toulousaine ou albigeoise avec ce savant et très esthétique mélange de briques (plutôt rare à Castres) et la pierre omniprésente. Si on le compare aux hôtels particuliers albigeois de la même époque, on remarque sa sobriété toute protestante qui lui donne d'autant plus d'élégance, loin des rinceaux fleuris, art corinthien et autre ajouts ostentatoires que l'on peut admirer dans les demeures catholiques d'Albi pour exemple.

100 ans plus tard, c'est la famille De Nayrac qui racheta cet hôtel d'où son nom actuel.

L'Hôtel particulier Houlès dit de Neyrac splendeur du 17ème siècle à Castres
L'Hôtel particulier Houlès dit de Neyrac splendeur du 17ème siècle à Castres

L'Hôtel particulier Houlès dit de Neyrac splendeur du 17ème siècle à Castres

Un autre très bel Hôtel Particulier de Castres est Hôtel de Poncet.

De nos jours mutilé en son centre par le percement d'une rue, le bâtiment principal conserve son splendide péristyle soutenu par d'atlantes et de cariatides. Que c'est beau !! 

Il fut construit par le grand-père d'un grand personnage castrais, Jean-Louis de Ligonier. Aristocrate protestant expatrié en Angleterre, il s'engagea dans l'armée royale anglaise où il réalisa tant d'exploits qu'il fut promu Field Marshall, plus haut grade de la Royal British Army qui équivaut au grade de Maréchal. Afin de l'honorer le roi Georges II d'Angleterre lui offrit un casque d'apparat tout en ivoire et entièrement sculpté, que l'on peut admirer dans les collections du Musée Goya de Castres. Enfin comble de l'honneur qui lui fut accordé, il est le seul français à reposer à l'Abbaye de Westminster !

L'Hôtel de Poncet à Castres.

L'Hôtel de Poncet à Castres.

Notre tour de ville nous mène sur la superbe et vaste Place Jean Jaurès.

Elle est immense !!

Entièrement refaite en 2005, elle est le centre névralgique de la ville. 

Longtemps voulue par la ville cette place ne fut réalisée qu'après la Révolution en 1796, mais ce n'est qu'après avoir démoli l'ancien couvent des Dominicains et l'ancienne basilique romane Saint-Vincent où était enterré le célèbre mathématicien Pierre de Fermat en 1804, et eût l'autorisation du pouvoir royal en 1804 que la place fut enfin construite. Place Royale, puis Place Impériale elle prit le nom du célèbre tribun, député du Tarn (Albi-Carmaux) et fondateur du Parti Socialiste né à Castres en 1859, Jean Jaurès.

Sur la place Jean Jaurès de Castres

Sur la place Jean Jaurès de Castres

La statue réalisée par Gabriel Pech trône sur la place depuis 1925.

Ami proche de Jaurès, le sculpteur eût la permission de la famille de réaliser l'empreinte de son visage immédiatement après sa mort, afin de réaliser un masque funéraire du député assassiné au Café du Croissant en juillet 1914.

Plusieurs éditions de ce masque sont conservées aux Musée Centre National Jean Jaurès de Castres inauguré en 1988 par François Mitterrand, alors Président de la République, ou à la Conservation des Musées Départementaux qui devrait faire un dépôt de ce masque à l'Espace Jean-Jaurès Pampelonne. 

La statue de Jean Jaurès de Castres - Photo Daniel VIJOROVIC

La statue de Jean Jaurès de Castres - Photo Daniel VIJOROVIC

C'est sur cette place que se déroulent les marchés hebdomadaires dont celui du samedi, de nombreux concerts et le fabuleux marché de Noël que la ville organise depuis de nombreuses années.

J'adore y venir en famille !!

Le fabuleux marché de Noël de Castres
Le fabuleux marché de Noël de Castres
Le fabuleux marché de Noël de Castres
Le fabuleux marché de Noël de Castres
Le fabuleux marché de Noël de Castres
Le fabuleux marché de Noël de Castres
Le fabuleux marché de Noël de Castres
Le fabuleux marché de Noël de Castres

Le fabuleux marché de Noël de Castres

L'heure tourne et pris par ses devoirs familiaux, Alexandre nous quitte tandis que Jean-Pierre nous mène vers la dernière étape de notre visite.

Avant de quitter la place, Jean-Pierre nous avertit qu'une surprise nous attend sur les lieux où il nous guide.

J'adore les surprises !!

C'est au pied du clocher d'un lieu que je connais bien, celui de l'église Notre-Dame de la Platé que Jean-Pierre nous arrête.

Je suis un peu surpris, d'autant plus que nous avons réalisé avec lui un joli reportage sur le carillon de l'église dont il joue avec dextérité toute l'année et surtout les magnifiques Nadalets en période de Noël.

Mais c'est vers une petite porte latérale de l'église que Jean-Pierre ouvre que se trouve la surprise...

La petite porte latérale de l'église de la Platé

La petite porte latérale de l'église de la Platé

Après avoir traversé un petit couloir, un peu sombre, Jean-Pierre ouvre avec ses clés une autre porte et là, je suis submergé par l'émotion créée par la beauté de ce que je vois ou plutôt que j'admire.

L'église Notre-Dame de la Platé a été entièrement restaurée !!

Ce n'est pas beau, c'est sublime !

Les mots me manquent... 

Les travaux ne sont toujours pas finis, ils devraient l'être pour le 15 août, mais que c'est beau !!

 

Notre-Dame de la Platé restaurée - Côté Chœur

Notre-Dame de la Platé restaurée - Côté Chœur

Notre-Dame de la Platé Côté nef et orgues

Notre-Dame de la Platé Côté nef et orgues

Comme le souligne Jean-Pierre, après ces superbes restaurations menées par la Ville de Castres et tous les services étatiques comme la DRAC etc., nous avons là, la plus belle église de Castres !

Toutes les peintures, les ors, les sculptures sont flamboyantes. 

Fermée au public à cause de la dangerosité des plâtres qui tombaient des voutes, cette église construite en 1607 avait été complètement refaite et remaniée en 1741 dans le style baroque de l'église jésuite Gesù de Rome.

L'église jésuite Gesù à Rome - Photo www.2tout2rien.fr

L'église jésuite Gesù à Rome - Photo www.2tout2rien.fr

Le maitre-autel et le retable sont en marbre blanc de Carrare, les colonnes du baldaquin sont en marbre rose de Caune-Minervois aux pieds audois de la Montagne Noire et la Table Sainte en marbre vert et beige vient de la Vallée de Campan dans les Pyrénées.

Sur le retable, une superbe Vierge de l'Assomption est donc en marbre de Carrare. Elle est surmontée par un Delta Mystique entouré de rayons et de nuées où se détachent d'adorables chérubins

De part et d'autre de l'autel et entourant la Vierge, deux anges adorateurs immaculés. 

L'Assomption de la Vierge du retable de Notre-Dame de la Platé.

L'Assomption de la Vierge du retable de Notre-Dame de la Platé.

Dans un des deux bas-côtés de cette église à nef unique, comme 99% des églises de notre région, un autre retable m'interpelle.

Je reconnais son style inimitable et que j'adore, celui de Sœur Mercédès de l'Abbaye bénédictine de Sainte-Scholastique de Dourgne. 

Souvenez-vous, nous l'avions rencontrée dans un précédent reportage avant Noël pour découvrir de façon exceptionnelle, son atelier et l'atelier de moulage qui reproduit ses santons et que dirige Sœur Clothilde. 

Sœur Mercédès à l'ouvrage dans son atelier lors de notre reportage à l'Abbaye Sainte Scholastique à Dourgne

Sœur Mercédès à l'ouvrage dans son atelier lors de notre reportage à l'Abbaye Sainte Scholastique à Dourgne

Ce retable-là est superbe. Il reprend la vie et l'œuvre d'une Sainte de Castres, Sainte Emilie de Villeneuve.

Qui à Castres et dans le Tarn ne connait pas ou n'a pas entendu parler du Couvent Bleu de Castres où elle repose et où ses filles perpétuent ses œuvres à Castres et dans le monde entier ?

C'est précisément dans cette église de Notre-Dame de la Platé que Jeanne Emilie de Villeneuve qui a grandi dans le château d'Hauterive tout proche, a prononcé ses vœux au pied de l'autel au moment où avec deux autres jeunes filles, elle fonde la Congrégation des Sœurs de Notre-Dame de l'Immaculée Conception en 1838.

J'aime beaucoup ce retable qui comme toutes les créations de Sœur Mercédès, sont touchantes et attachantes. Et vous ?

Le retable dédié à Sainte Emilie de Villeneuve

Le retable dédié à Sainte Emilie de Villeneuve

Le temps passe vite et Jean-Pierre et moi commençons a avoir la gorge sèche... Les boutiques ferment leurs portes, le soleil et la chaleur déclinent, il est grand temps d'arrêter la visite aussi passionnante soit-elle pour aller se poser en terrasse et savourer tous les trois un bon verre bien frais de l'amitié. 

Santé !

Cela tombe bien la place Jean-Jaurès est le théâtre d'une compagnie qui vient l'animer en musique et en déambuler sur toute la place avec leurs créatures bizarres et amusantes.

Il se passe vraiment beaucoup de choses chouettes dans cette ville !

Animation estivale Place Jean Jaurès Castres

Animation estivale Place Jean Jaurès Castres

Nous n'avons pas tout dit, ni tout vu, notamment le Musée Goya fermé et en travaux.

Il se refait une beauté à l'extérieur mais aussi il sera complètement refait à l'intérieur avec une nouvelle muséographie qui sera développée dans de nouveaux espaces d'expositions qui permettront d'agrandir ce fabuleux musée qui possède l'une des plus belles et des plus grandes collections d'Art hispanique en France avant ou après le Louvre, je ne sais plus. Mon côté chauvin tendrait à vous écrire avant le Louvre… 

Le musée Goya de Castres avant les travaux

Le musée Goya de Castres avant les travaux

Cette visite avec Jean-Pierre et Alexandre fut comme je m'y attendais, fabuleuse !

J'ai adoré et surtout, j'ai une fois encore découvert et appris plein de choses et ça c'est tout ce que j'aime !

Castres est une très belle ville où il faut aller et prendre du temps pour découvrir tous ses trésors discrets voire cachés. Il fait bon flâner dans ses rues, prendre le coche d'eau, se poser en terrasse, participer à une des animations qui s'y passent en toute saison, ou a un mini stage de chocolat dans une superbe pâtisserie vintage, faire du magasinage dans les boutiques du centre-ville (j'ai quelques très bonnes adresses en boutiques de déco, de vêtements, et antiquités à de supers prix) et je ne vous parle même pas du rugby et de son excellent club le Castres Olympique toujours en Top 14 et qui a participé à 16 éditions de la Coupe d'Europe (mais comme je ne m'y connais pas du tout, il vaut mieux en rester là …)

J'aime beaucoup Castres et je prends toujours du plaisir à m'y rendre

A vous maintenant de faire de même et je suis sûr que vous aussi, vous allez adorer. Sous ses aspects moins flamboyants que peut l'être Albi l'italienne, Castres l'espagnole vous séduira par ce charme chic et élégant, ses monuments, son histoire très mouvementée, ses fêtes, ses excellentes tables...

Alors, on y va ?

Justin lui aussi fasciné par Castres durant notre tournage

Justin lui aussi fasciné par Castres durant notre tournage

Un immense merci à Jean-Pierre et à Alexandre pour leur amitié qui m'est précieuse, pour leur gentillesse, leur disponibilité et pour leur partage bienveillant. Vous êtes excellents tout simplement ! Vous aimez votre ville et vous savez communiquer cet amour à toutes celles et ceux qui ont la chance de vous suivre en visite et de vous écouter nous raconter toutes ces anecdotes, ces choses que sans vous, nous ne verrions pas. Merci, merci, merci

Merci beaucoup également au Service Communication de la Mairie de Castres, à Sandrine Serrano et à Eric Fournier, pour avoir eu la gentillesse de partager avec nous des vidéos de prises de vues de Castres en drone que j'ai pu ainsi insérer dans notre vidéo. Merci infiniment

Si ce reportage vous a plu, merci de nous soutenir en le partageant un peu partout sur les réseaux sociaux et ailleurs, et à en parler à vos amis pour nous aider à nous faire connaître encore plus.  Merci beaucoup 😉😘

Vidéo et photos (sauf mentions contraires) : Justin BONNET

N'hésitez pas également à vous abonner à la newsletter de notre blog
(en haut à droite ou en dessous pour la version mobile )

Pour s'abonner à la page Facebook du blog et nous suivre en cliquer sur:

 https://www.facebook.com/blogdedansdehors/

à ma page Instagram en cliquant sur:

https://www.instagram.com/christianalbi/

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Christian Riviere

Passionné par le patrimoine, l'Histoire et surtout les personnes qui en font parti, mon grand plaisir c'est découvrir encore et encore et partager mes découvertes....
Voir le profil de Christian Riviere sur le portail Overblog

Commenter cet article
L
Félicitations et merci!
Répondre
C
Merci beaucoup à vous pour avoir lu et peut-être regardé mon reportage sur cette belle ville de Castres. N'hésitez pas à le partager. Belle journée, merci encore et à bientôt j'espère ici sur mon blog ou ma chaine YouTube.
N
Je suis tarnaise vais très souvent dans ma ville natale mais jamais je ne l avais visitée avec autant de plaisir que sur ton blog , je connais mais pas ce ces couleurs et merci pour le clocher de la platee , la ville a bien évolué notamment les maisons sur l agout.un
article magnifique
Merci
Répondre
C
Bonjour Nicole, voici un très beau compliment ! Merci infiniment pour avoir lu et regardé mon reportage sur Castres. Je suis super content qu'il t'ai plu. Merci merci merci
M
Passionnant reportage étayé de superbes photos, j'adore cette ville avec ses maisons colorées et surtout son marché de noël, merci et bravo !!!!
Répondre
C
Merci mille fois !! Alors, nous retournerons au marché de Noël et pourquoi pas se balader dans les jolies ruelles de la ville par beau temps ? Merci beaucoup pour avoir lu et relu notre reportage.