Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Légendes et histoires secrètes des Gorges du Viaur

Aux confins du Tarn et de l’Aveyron, les Gorges du Viaur recèlent bien des merveilles méconnues. Elles sont secrètes, un peu mystérieuses aussi. Elles sont sauvages et un peu à l’écart des chemins touristiques, les Gorges du Viaur fascinent et se dévoilent peu à peu par l’approche de son patrimoine bâti ou naturel. Je vous invite à me suivre dans un itinéraire où je vous propose de vous faire découvrir des sites historiques, des histoires et des légendes qui font de ces gorges du Viaur, un lieu unique du Tarn.

Alors, on y va ?

Pour débuter, notre joli reportage en vidéo:

Il y a pratiquement 20 ans que j'ai découvert petit à petit les Gorges du Viaur. Peu accessibles tout compte fait, il faut s'en approcher tout doucement, sereinement, de façon naturelle.

En effet, beaucoup d'endroits ne sont pas accessibles en voiture, mais à pied, à vélo, en canoë ou à cheval.

C'est une terre sauvage, marquée par l'Histoire et pleine de légendes. 

Tout ce qui me fascine...

Légendes et histoires secrètes des Gorges du Viaur

J'ai voulu pour ce périple dans le Tarn, suivre le Viaur de Tanus à Lagarde Viaur que je vous ai déjà présenté dans un précédent reportage.

Quelques mots sur la rivière pour commencer. 

Le Viaur prend sa source en Aveyron sur le plateau du Lévézou au Puech del Pal exactement à 1090m d'altitude.  Il court sur 168km pour aller se jeter dans la rivière Aveyron à Laguépie qui est dans le Tarn-et-Garonne.

Les romains avaient construit une route tout au long et l'avaient appelé la "Voie de l'Or", la "Via Aurea".

La rivière Viaur qui nait en Aveyron, grandit dans le Tarn et se jette dans le Tarn-et-Garonne

La rivière Viaur qui nait en Aveyron, grandit dans le Tarn et se jette dans le Tarn-et-Garonne

Pour débuter, rendons-nous sur la commune de Tanus entre Albi et Rodez.

Le bourg est très ancien et il y a même les ruines de son château médiéval à aller découvrir lors d'une randonnée. Ne sachant pas combien de kilomètres la rando faisait, je ne m'y suis pas risqué... 

Le monument le plus connu de Tanus est son viaduc.

Celui en fer "l'original", pas celui très récent en béton d'où l'on a une belle vue sur l'ouvrage de fer.  

Le Viaduc du Viaur à Tanus

Le Viaduc du Viaur à Tanus

Pour comprendre les raisons de la décision de la construction de ce viaduc, il nous faut nous replonger dans le 19ème siècle. La France rurale n'est pas très riche et certaines familles de paysans sont même très pauvres. L'agriculture dans le Ségala n'est pas très bonne non plus.

La terre est elle même pauvre.

Seule céréale à bien vouloir pousser, le seigle qui donnera son nom à la région, le Ségala. L'arrivée du chemin de fer permettrait de désenclaver ce coin du Tarn et l'Aveyron de l'autre côté de la rivière. Après enquête, la construction d'un pont est déclaré d'utilité publique en 1878. 

Presque 10 ans plus tard, un concours est lancé.

Un certains Gustave Eiffel va postuler et être... recalé !

C'est Paul Bodin qui travaille pour la société des Batignolles qui va remporter le marché et construire selon ses plans le viaduc.

Il faudra 7 ans pour le construire. Les travaux s'étaleront de 1895 à 1902, le viaduc a été inauguré le 5 octobre 1902, en présence du Ministre des Travaux Publics, Émile Maruéjouls, qui était également député de l’Aveyron.

Gustave Eiffel, Paul Bodin, les travaux de construction du Viaduc du Viaur entre 1895 et 1902
Gustave Eiffel, Paul Bodin, les travaux de construction du Viaduc du Viaur entre 1895 et 1902
Gustave Eiffel, Paul Bodin, les travaux de construction du Viaduc du Viaur entre 1895 et 1902
Gustave Eiffel, Paul Bodin, les travaux de construction du Viaduc du Viaur entre 1895 et 1902
Gustave Eiffel, Paul Bodin, les travaux de construction du Viaduc du Viaur entre 1895 et 1902
Gustave Eiffel, Paul Bodin, les travaux de construction du Viaduc du Viaur entre 1895 et 1902
Gustave Eiffel, Paul Bodin, les travaux de construction du Viaduc du Viaur entre 1895 et 1902
Gustave Eiffel, Paul Bodin, les travaux de construction du Viaduc du Viaur entre 1895 et 1902
Gustave Eiffel, Paul Bodin, les travaux de construction du Viaduc du Viaur entre 1895 et 1902

Gustave Eiffel, Paul Bodin, les travaux de construction du Viaduc du Viaur entre 1895 et 1902

Long de 460m et haut de 116m avec un arc central de 220m d'envergure, le Viaduc du Viaur a nécessité 3 800 tonnes d'acier et 4 000m3 de maçonnerie pour sa construction.

C'est une merveille technologique et une des plus belles réalisations de l'époque avec le viaduc de Garabit, construit lui par Gustave Eiffel quelques années plus tôt dans le Cantal.

Le Viaduc du Viaur
Le Viaduc du Viaur
Le Viaduc du Viaur
Le Viaduc du Viaur

Le Viaduc du Viaur

La construction de ce pont reliant le Rouergue au Midi Toulousain ne sera pas sans conséquences. L'économie va s'accroître et les champs vont devenir désormais plus fertiles, avec l'épandage de la chaux qui arrive enfin en masse grâce aux trains de marchandises dans toutes les petites gares qui ont surgies un peu partout tout autour.

La population va de ce fait migrer et quitter peu à peu les vallées encaissées et plus arides pour les plateaux où le blé va remplacer le seigle.

Les gares du Ségala de Carmaux à Naucelle dans l'Aveyron
Les gares du Ségala de Carmaux à Naucelle dans l'Aveyron
Les gares du Ségala de Carmaux à Naucelle dans l'Aveyron
Les gares du Ségala de Carmaux à Naucelle dans l'Aveyron
Les gares du Ségala de Carmaux à Naucelle dans l'Aveyron
Les gares du Ségala de Carmaux à Naucelle dans l'Aveyron
Les gares du Ségala de Carmaux à Naucelle dans l'Aveyron

Les gares du Ségala de Carmaux à Naucelle dans l'Aveyron

Tout proche de là, toujours sur la commune de Tanus, un petit bourg pâtira de cette désertification, c'est celui de Las Planques.

Lové dans un méandre du Viaur au fond d'une vallée un peu encaissée, Las Planques. 

Entre la Guerre de Cent ans et l'arrivée du chemin de fer, ça sera pour le village une véritable érosion démographique. Les habitants préférant gagner les plateaux. Le dernier habitant mourra en 1917.

Las Planques, l'église romane et les vestiges de l'ancien bourg tout autour
Las Planques, l'église romane et les vestiges de l'ancien bourg tout autour
Las Planques, l'église romane et les vestiges de l'ancien bourg tout autour
Las Planques, l'église romane et les vestiges de l'ancien bourg tout autour
Las Planques, l'église romane et les vestiges de l'ancien bourg tout autour

Las Planques, l'église romane et les vestiges de l'ancien bourg tout autour

Las Planques est un site splendide, spectaculaire même ! 

Surplombant la vallée du Viaur, la vieille église romane trône en majesté sur un paysage sauvage qui lui sert d'écrin. 

La nature est omniprésente d'ailleurs. Et c'est à pied, par un sentier de randonnée, que l'on peut accéder au site de Las Planques. 

Un sentier où l'on s'émerveille de la beauté de la nature, un sentier où de nombreuses essences de bois ou de fleurs vous font vous arrêter quelques secondes pour pousser un soupir d'émotion devant toutes ces splendeurs naturelles. 

Je n'aime pas beaucoup marcher mais Dieu que ça en vaut la peine ces 35-40 minutes de marche en descendant pour aller à Las Planques, tant c'est beau.  

La nature sauvage préservée sur le sentier qui mène à Las Planques
La nature sauvage préservée sur le sentier qui mène à Las Planques
La nature sauvage préservée sur le sentier qui mène à Las Planques
La nature sauvage préservée sur le sentier qui mène à Las Planques
La nature sauvage préservée sur le sentier qui mène à Las Planques
La nature sauvage préservée sur le sentier qui mène à Las Planques
La nature sauvage préservée sur le sentier qui mène à Las Planques
La nature sauvage préservée sur le sentier qui mène à Las Planques
La nature sauvage préservée sur le sentier qui mène à Las Planques
La nature sauvage préservée sur le sentier qui mène à Las Planques
La nature sauvage préservée sur le sentier qui mène à Las Planques
La nature sauvage préservée sur le sentier qui mène à Las Planques
La nature sauvage préservée sur le sentier qui mène à Las Planques
La nature sauvage préservée sur le sentier qui mène à Las Planques

La nature sauvage préservée sur le sentier qui mène à Las Planques

J'ai même passé de longues minutes à observer un joli papillon sur une belle fleur blanche... 

L'éveil à la nature...
L'éveil à la nature...
L'éveil à la nature...
L'éveil à la nature...
L'éveil à la nature...

L'éveil à la nature...

Ce qui est beau également c'est, chemin faisant, d’apercevoir l'église apparaître au loin entre les feuilles des arbres 

Las Planques protégée par la nature
Las Planques protégée par la nature

Las Planques protégée par la nature

Après avoir franchi rus et ruisseaux, on arrive enfin au pied de l'église romane.

Un escalier de pierre vous invite à vous élever pour accéder à l'enclos ecclésial.  

Je le gravis avec joie et impatience d'approcher cette magnifique église.

Légendes et histoires secrètes des Gorges du Viaur

Comme il était de coutume durant plusieurs siècles, on entre par le cimetière dont très peu de tombes subsistent de nos jours. 

Les morts faisaient alors parti du monde des vivants et cimetières et représentations du Jugement Dernier, rappelaient aux mortels que la vie n'est que temporaire...

L'ancien cimetière de Las Planques

L'ancien cimetière de Las Planques

L'église apparaît enfin sur son éperon.

Elle se dévoile depuis sa face Est, depuis son abside et ses absidioles. 

Elle est splendide.

Elle m'impressionne. 

J'ai le cœur qui s'accélère tant je suis heureux de l'admirer une fois encore.

 

L'église de Las Planques vue depuis sa face Est et son chevet
L'église de Las Planques vue depuis sa face Est et son chevet

L'église de Las Planques vue depuis sa face Est et son chevet

Toute en schiste brun, la pierre du pays, elle domine le Viaur depuis presque de mille ans !!

C'est en 1062 que le prêtre albigeois Deusdet achète l'église de Las Plancas (des Planches en Occitan) à Didon D'Andouque, seigneur de ces terres, pour l'offrir à l'Abbaye Sainte Foy de Conques.

Didon d'Andouque confie même aux bénédictins de Conques, l'éducation de son fils Pierre, qui deviendra quelques années plus tard, évêque de Pampelune en Espagne, à ne pas confondre avec Pampelonne à quelques kilomètres de là. 

 

Las Planques domine la vallée du Viaur
Las Planques domine la vallée du Viaur

Las Planques domine la vallée du Viaur

Cette église Notre Dame est massive et on comprend pourquoi les habitants sont venus s'y réfugier maintes fois.

Même le clocher ressemble presque à une tour de guet.

Peu d'ouverture, ce qui est le propre des édifices romans.

L'église est bâtie à même la roche comme on peut l’apercevoir à gauche de l'entrée. 

Le clocher de Las Planques et la roche sur laquelle a été bâtie l'église Notre-Dame
Le clocher de Las Planques et la roche sur laquelle a été bâtie l'église Notre-Dame

Le clocher de Las Planques et la roche sur laquelle a été bâtie l'église Notre-Dame

L'église est fermée à clé, mais on peut la demander au café des sports à Tanus ou à la mairie.

Ma chance c'est que j'ai pu avoir la clé pour ce reportage tout le weekend, grâce à Madame le Maire de Tanus, Rolande Azam qui m'a très gentiment confié sa propre clé.  

J'ai donc pu enfin entrer dans cette église ! 

Des promeneurs qui étaient là en ont également profité, tout contents eux aussi de pouvoir pénétrer dans l'édifice.

Légendes et histoires secrètes des Gorges du Viaur

L'architecture de l'église est tout ce qui a de plus classique pour une église romane en albigeois.

Une nef unique, deux bas-côtés délimités par de lourds piliers de pierre, une abside (chapelle arrondie au chevet) et deux absidioles de part et d'autre du chœur. 

Plan de l'église

Plan de l'église

L’intérieur de l'église de Las Planques
L’intérieur de l'église de Las Planques

L’intérieur de l'église de Las Planques

Les vitraux sont étroits et la pénombre règne dans l'église. 

Elle ressemble beaucoup à l'autre Eglise Romane dans une superbe vallée toute proche, celle de Notre-Dame de l'Oder à Ambialet.

Elles ont beaucoup de points communs en plus d'être toutes les deux vouées à Notre Dame.

Je rêve d'ailleurs de faire un reportage à Ambialet pour vous en dévoiler quelques secrets...  Aurélie, Gérard... wink

Les deux églises romanes : Ambialet (avec les bancs) et Las PlanquesLes deux églises romanes : Ambialet (avec les bancs) et Las Planques

Les deux églises romanes : Ambialet (avec les bancs) et Las Planques

Les fenêtres de Notre Dame de Las Planques
Les fenêtres de Notre Dame de Las Planques

Les fenêtres de Notre Dame de Las Planques

Ce qu'il faut remarquer avant qu'elles ne soient complètement effacées par le temps, ce sont les vestiges des fresques du chœur. 

Bien que restaurée, le temps a fait des ravages et on a un peu de mal a distinguer ce qui a été peint en 1696.

D'après les registres et les chercheurs, s'y trouvaient figurés: 

La Sainte Famille, Sainte Anne, le fuite en Egypte et la Jérusalem Céleste

Les vestiges des fresques du Chœur
Les vestiges des fresques du Chœur
Les vestiges des fresques du Chœur

Les vestiges des fresques du Chœur

A l'opposé, on aperçoit également une autre vestige de fresque ainsi que la roche que nous avons vu à l'entrée de l'église.

Il y aurait encore beaucoup à dire sur cette belle église... 

La roche sur laquelle a été construit l'église et un autre vestige de fresque

La roche sur laquelle a été construit l'église et un autre vestige de fresque

J'adore cette atmosphère et cette énergie qui règnent dans ces églises romanes !

Il en émane une telle quiétude...

Quiétude qui a été troublée en 1381 par le Capitaine Mauléon, à la solde des anglais qui va prendre la place forte et y demeurer 3 ans.

C'est justement ce même Mauléon qui nous emmène au site suivant, le château-fort féodal de Thuriès sur la commune de Pampelonne.

Bataille de Brignais (1362) avec le capitaine Mauléon ©Bibliothèque Nationale de France

Bataille de Brignais (1362) avec le capitaine Mauléon ©Bibliothèque Nationale de France

Pampelonne, plus beau village du monde comme j'ai pour habitude de dire. Ce charmant village a été le mien durant plus d'une décennie. 

Ce n'est pas vraiment de la bastide fondée vers 1290 par Eustache de Beaumarchais qui avait conquis Pampelune en Espagne dont je vais vous parler, mais du site de Thuriès dans les gorges du Viaur

Le château-fort de Thuriès à Pampelonne

Le château-fort de Thuriès à Pampelonne

Puisque nous suivons le Viaur, Thuriès domine lui aussi la rivière du haut des vestiges de son donjon et de son château-fort.

On peut là aussi y accéder par un sentier de randonnée depuis Las Planques ou depuis le bourg. 

Mais vous connaissez mon goût prononcé pour les épreuves physiques et c'est quasiment au pied du château que nous sommes venus en voiture pour nous y garer. 

Un des sentiers de randonnée qui mènent au château de Thuriès à Pampelonne

Un des sentiers de randonnée qui mènent au château de Thuriès à Pampelonne

En 1360, le traité de Brétigny (aussi appelé de Calais) sépare le Ségala en deux.

La rivière le Viaur servira de frontière.

Le côté Rouergue (l'Aveyron) appartiendra au royaume d'Angleterre et l'Albigeois (le Tarn) au royaume de France.

Le Rouergue était infesté de soldats à la solde des anglais désœuvrés et non payés qui, pour survivre, pillaient bourgs, marchands ambulants ou pèlerins venant de Conques. 

Carte de France à l'issu du traité de Brétigny ©Gallimard-Jeunesse

Carte de France à l'issu du traité de Brétigny ©Gallimard-Jeunesse

Toutes les places fortes albigeoises sont alors convoitées par les anglais ou du moins par les mercenaires du camp anglais. 

Ainsi on raconte qu'en juin 1380, 50 soldats menés par le capitaine Mauléon se dirigèrent vers Pampelonne. Ils observèrent avec beaucoup d'attention la vie courante menée dans la forteresse de Thuriès. Les entrées, les sorties, combien d'hommes en arme s'y trouvaient... 

La nuit venue, ils se rapprochèrent de la rivière et se dissimulèrent derrière les balles de foin au pied du fort. C'était comme l'indique le bascot de Mauléon dans le récit qu'en fit l’historien de l'époque Jehan Froissart, la nuit de la saint Jean, soit le 24 juin d'après notre calendrier.

Au petit matin, Mauléon et 5 soldats, se vêtirent en habits de femme et se munirent d'une cruche qu'ils avaient pris soin d'apporter avec eux. 

5 femmes sortirent du fort pour aller puiser l'eau dans le Viaur. Les soldats se saisirent d'elles, prirent leurs places et se dirigèrent vers le château. 

Les soldats en faction les laissèrent passer sans méfiance. La pénombre de l'aube devant aider à la confusion...

Une fois à l'intérieur, Mauléon et ses soldats ouvrirent les portes et sonnèrent du cor pour prévenir le reste de la troupe qui fondit sur le château-fort.

Ainsi fut pris d'après Froissart le fort de Thuriès.

Ah perfide Albion !! 

Mais ce n'est peut-être qu'une légende malgré l'écrit d'époque.

On sait aussi de source sûre que Jean II d'Armagnac lui aussi dans le camp anglais défendit la place forte durant le siège des troupes françaises menée par le célèbre Gaston Phoebus, Comte de Foix de Juin 1383 au 15 octobre 1384

Les vestiges du fort de Thuriès de Pampelonne

Les vestiges du fort de Thuriès de Pampelonne

Il n'empêche que de nos jours ces ruines sont accessibles à tous (attention tout de même le sentier qui y mène est assez escarpé).

La vue sur les Gorges du Viaur y est là aussi très belle. 

Au vu des vestiges des murs que l'on peut y voir, on peut imaginer que le fort devait être d'une belle importance. 

Je peux vous assurer aussi qu'on peut y faire de très belles photos...

Les vestiges du château-fort de Thuriès de Pampelonne
Les vestiges du château-fort de Thuriès de Pampelonne
Les vestiges du château-fort de Thuriès de Pampelonne
Les vestiges du château-fort de Thuriès de Pampelonne
Les vestiges du château-fort de Thuriès de Pampelonne
Les vestiges du château-fort de Thuriès de Pampelonne
Les vestiges du château-fort de Thuriès de Pampelonne

Les vestiges du château-fort de Thuriès de Pampelonne

Les Gorges du Viaur à Pampelonne vue depuis le château-fort de Thuriès
Les Gorges du Viaur à Pampelonne vue depuis le château-fort de Thuriès
Les Gorges du Viaur à Pampelonne vue depuis le château-fort de Thuriès

Les Gorges du Viaur à Pampelonne vue depuis le château-fort de Thuriès

Pas très loin de Pampelonne, toujours en suivant les Gorges du Viaur, il y a le site des Infournats sur la commune de Jouqueviel-le-Tel.

Pareil, on peut y aller à pied par un sentier de randonnée qui suit les Gorges du Viaur ou comme je l'ai fait, en voiture... wink

Les Infournats commune de Jouqueviel

Les Infournats commune de Jouqueviel

En parlant de randonnée, il y a là un autre fabuleux sentier qui est classé (tout comme à Pampelonne) Espace Naturel Sensible par le Département du Tarn. C'est une zone protégée Natura 2000 et sur le sentier on trouve des panneaux explicatifs et très bien faits sur la faune et la flore.

La vue est splendide là aussi.

Pour l'avoir fait avec ma famille il y a quelques années, je peux vous dire qu'il regorge de fraises des bois sauvages... 

Les sentiers des Infournats

Les sentiers des Infournats

Comme pour le site de Las Planques, les Infournats était un bourg important avec de nombreuses maisons tout autour de son église puisqu'on sait que 100 personnes environ vivaient là avant la révolution française.

Le plan des Infournats avec les habitations qui n'existent plus

Le plan des Infournats avec les habitations qui n'existent plus

Le site est sur l'ancienne route des pèlerins et des marchands qui les menait depuis Villefranche de Rouergue, soit à Albi, soit rejoindre lo Camin Tolosa, la route vers Toulouse puis vers Compostelle.

C'était aussi un sanctuaire où de nombreux croyants venaient chaque 8 septembre, jour où l'Eglise fête la Nativité de la Vierge, pour y vénérer la statue de Notre-Dame des Infournats.  

L'église Notre-Dame des infournats

L'église Notre-Dame des infournats

Nous y avons rencontré Thierry Couët, président de l'association "Viaur Vivant" qui oeuvre depuis de nombreuses années à la préservation et à la promotion des Gorges du Viaur. Son association et lui ont mené de nombreuses recherches ainsi que des campagnes de restaurations de sites.

Je vous glisse à la fin, leur site internet qui fourmille d'informations passionnantes, dont je me suis entre-autre servi pour réaliser ce reportage.

Avec Thierry Couët devant l'église des Infournats

Avec Thierry Couët devant l'église des Infournats

Il nous explique dans le reportage vidéo toute l'histoire de cette étrange église. 

Elle aussi est fortifiée et est un étonnant mélange de style architecturaux qui se sont superposés au fil des siècles.

On trouve ainsi des traces sur un mur de ce qui était très certainement une très ancienne porte; une meurtrière, une tête incrustée dans un mur...

Vestiges de fortifications et d'inclusion sur les murs de l'église
Vestiges de fortifications et d'inclusion sur les murs de l'église
Vestiges de fortifications et d'inclusion sur les murs de l'église
Vestiges de fortifications et d'inclusion sur les murs de l'église
Vestiges de fortifications et d'inclusion sur les murs de l'église

Vestiges de fortifications et d'inclusion sur les murs de l'église

Une légende raconte que sous l'église, il y en aurait une autre.

Une crypte comme on en construisait à l'époque mérovingienne (entre le 5ème et le 8ème siècle).

Était-ce un ancien lieu de culte ? Souvent, l'Eglise Catholique avait pour habitude de christianiser des lieux de cultes "païens"...

Le portail de l'église est lui-aussi d'un autre siècle. Sûrement du 14ème ou du 15ème (il n'y a aucune archives). De style gothique flamboyant, il est en grès de Salles-sur-Cérou, près de Cordes-sur-Ciel.

Des petits personnages entouraient une statue ou dernièrement une croix de bois. 

Au-dessous un chiffre 1232. 

Cette gravure est vraisemblablement du 19ème ou du début du 20ème siècle car la porte n'est nullement de cette époque et surtout le style d'écriture des chiffres n'est pas du tout médiéval...

Le portail de l'église des Infournats
Le portail de l'église des Infournats
Le portail de l'église des Infournats

Le portail de l'église des Infournats

Mais ce qui m'intéresse, c'est de pouvoir enfin entrer dans l'église et de voir la célèbre statue de la Vierge guérisseuse.

La porte m'est enfin ouverte ! 

Yes !

A l’entrée de l’église des Infournats
A l’entrée de l’église des Infournats
A l’entrée de l’église des Infournats

A l’entrée de l’église des Infournats

L'église possédait une nef et deux bas côtés. Il n'en reste qu'un. L'autre semble être tombé au fond du ravin qui s'est en partie écroulé sous l'église.

Au moment de notre reportage, l'église est en court de restauration. Tout le chœur a été démonté et il manque le retable baroque ainsi que l'autel en bois qui a été posé sur le côté.

Au bout de la nef, à l'Ouest, comme dans les églises paroissiales du 16ème et 17ème siècles, une tribune surplombe la nef. Elle accueillait autrefois, tout comme les narthex les femmes en retour de couche, ou les non-baptisés. Plus tard, comme dans les églises basques, ce sont les hommes qui vont s'y asseoir. 

La nef et le chœur de l'église des Infournats
La nef et le chœur de l'église des Infournats

La nef et le chœur de l'église des Infournats

En entrant, sur la droite, ce trouve LA chapelle qui nous intéresse, celle où l'on peut voir LA statue de Notre-Dame des Infournats !

L'autel de la chapelle et le retable en bois sont très jolis. Il manque là aussi la statue au dessus de l'autel.

Légendes et histoires secrètes des Gorges du Viaur

La statue de la Madonne est exposée dans une niche.

Cette statue de bois est assez grande. Elle est de style gothique.

Elle a la raideur qui se veut majestueuse et le côté un peu naïf de ces statues médiévales que l'on vénère à Rocamadour et dans tous les sanctuaires de l'époque. 

Elle a sûrement été sculptée dans une essence locale par un ébéniste rouergat.

La Vierge est assise sur un trône et porte l'Enfant Jésus sur un des ses genoux.

 

Notre-Dame des Infournats

Notre-Dame des Infournats

La Vierge et l'enfant sont tous les deux couronnés

Le visage de la Vierge est serein tandis que celui de l'enfant Jésus est plus sévère, presque en colère même.

Comme souvent l'artiste a représenté le Christ, c'est à dire avec un visage d'adulte et non un Emmanuel avec un visage d'enfant.

Les têtes de la Vierge des Infournats et de l'Enfant Jésus
Les têtes de la Vierge des Infournats et de l'Enfant Jésus

Les têtes de la Vierge des Infournats et de l'Enfant Jésus

Les deux personnages devait tenir des objets dans leur mains.

Peut-être un globe pour l'Enfant Jésus, un sceptre ou un lys pour la Vierge.

Au centre de la statue de l'Enfant Jésus, une cavité montre l'endroit où était exposée une fiole-relique qui contenait du sang.

En effet, la Vierge était implorée pour les maladies du sang, mais surtout comme son noms l'indique, toutes les maladies du feu: brûlures, eczéma, inflammations, zona, rougeurs... 

Son nom Infournats veut dire en occitan "mis au four", qui évoque sans équivoque les chaleurs des brûlures du feu.

On voit bien les cavités des mains et pour la fiole-relique de sang

On voit bien les cavités des mains et pour la fiole-relique de sang

Tout ça me passionne !!

Je trouve cela très émouvant de m'imaginer tous ces personnes en détresse qui sont venues invoquer cette Vierge.

Au sortir de l'église, se trouve l'ancien cimetière.

Lui aussi a un style presque romantique...

Des orchidées sauvages fleurissent les anciennes sépultures semblant honorer tous ces morts depuis longtemps oubliés.

Ce cimetière est bien petit pour un village de cette importance.

Cela s'explique par le fait que la moitié du cimetière a suivi le bas-côté de l'église au fond du ravin...

Le cimetière des Infournats où les orchidées sauvages fleurissent les tombes
Le cimetière des Infournats où les orchidées sauvages fleurissent les tombes
Le cimetière des Infournats où les orchidées sauvages fleurissent les tombes

Le cimetière des Infournats où les orchidées sauvages fleurissent les tombes

Il y aurait bien des choses à vous raconter encore sur les Infournats comme la légende du Pont du Diable situé juste en dessous, mais nous devons continuer notre route...

Le pont du Diable où le Drac mena son affaire... ©La Dépêche du Midi

Le pont du Diable où le Drac mena son affaire... ©La Dépêche du Midi

Notre prochaine et dernière étape le long des Gorges du Viaur est Lagarde Viaur. 

Lagarde Viaur commune de Montirat

Lagarde Viaur commune de Montirat

Ce beau village dont je vous ai déjà parlé (voir un peu plus bas le lien vers le reportage complet) est une ancienne citadelle cathare.

Le bourg était à l'origine situé au sommet de la colline.

La Garde a résisté à 3 assauts de Simon de Montfort, ce qui lui vaudra d'être citée dans la Canso de la Crozada, la Chanson de la Croisade écrit entre 1208 et 1219.

Mais en 1215 Les troupes du chef catholique investissent le village et le rasent complètement. Les habitants jugèrent le lieu désormais maudit et préférèrent reconstruire très vite leurs maisons autour d'un château fortifié là où les pierres se sont arrêtées de rouler, c'est à dire à flanc de coteaux, là où se trouve toujours le village.

Simon IV de Montfort @Gallica -Bibliothèque Nationale de France

Simon IV de Montfort @Gallica -Bibliothèque Nationale de France

Le village qui dès le traité de Brétigny en 1360 gardait le Viaur (d'où son nom) se visite à pied, grâce à un circuit du patrimoine où l'on peut apprendre son histoire très riche, voir les anciens remparts, voir l'église avec son clocher fortifié, découvrir les racines locales de la famille de Balzac, marcher sur l'ancienne voie romaine... 

Je vous invite à suivre les panneaux et à parcourir les jolies ruelles aux maisons médiévales et renaissances avant de vous réfugier au bord de la rivière sur "la plage" ou pour déguster une bonne glace et de fabuleuses crêpes salées et sucrées au restaurant au bout du pont.

Le sentier du Patrimoine de Lagarde Viaur @Association "Vivre à Lagarde Viaur"
Le sentier du Patrimoine de Lagarde Viaur @Association "Vivre à Lagarde Viaur"

Le sentier du Patrimoine de Lagarde Viaur @Association "Vivre à Lagarde Viaur"

Sur le pont de Lagarde Viaur, la borne indique la séparation entre les deux départements, celui du Tarn et celui de l'Aveyron, comme autrefois le Viaur séparait les royaumes de France et d’Angleterre.

Le Viaur à Lagarde Viaur
Le Viaur à Lagarde Viaur

Le Viaur à Lagarde Viaur

Les Gorges du Viaur ne se dévoilent pas si facilement que ça et si vous voulez découvrir ce qui fut le refuge pour un Pape schismatique d’Avignon, la terre natale de la famille de Balzac, le pont du Diable et sa légende et de nombreuses autres légendes, je vous invite à venir ici écouter toutes ces histoires fabuleuses du Ségala.

Pour les amoureux des balades en pleine nature, de nombreux chemins de randonnées vous y attendent, des sentiers pour VTT et même à cheval.

Enfin, pour les amateurs de patrimoine, d'Histoire, de belles églises, le Viaur regorge de trésors délaissés par les grandes routes touristiques qui pourtant méritent le détours, peut-être pour être mieux appréciés par ceux qui les découvrent au détours d'un chemin qui ne peut pas être le fruit du hasard...

 

Un grand merci à Rolande Azam, Maire de Tanus pour son amitiés, ses encouragements et pour m'avoir confié ses propres clés de Lasplanques pour quelques heures. Merci beaucoup à Guy Malaterre, Maire de Pampelonne ardent défenseur de la faune et de la flore locale et qui m'a fait découvrir un des beaux sentiers de randonnées de la commune qui permettent d'admirer le site du château-fort de Thuriès. Merci infiniment à Monique Caste-Debar pour m'avoir mis en relation avec le passionnant Thierry Couët qui m'a ouvert les portes des Infournats et qui nous a si bien conté l'histoire de ce lieu magique. Merci enfin à l'Association "Vivre à Lagarde Viaur" auprès de laquelle j'ai longtemps œuvré, pour sa mobilisation pour sauver, restaurer et mettre en valeur son fabuleux patrimoine historique. Le Viaur est et restera toujours pour moi une terre d'attache et je sais que je suis loin d'avoir tout découvert...

Légendes et histoires secrètes des Gorges du Viaur
Légendes et histoires secrètes des Gorges du Viaur
Légendes et histoires secrètes des Gorges du Viaur

 Vidéo et photos (sauf mention contraire) : Justin BONNET

N'hésitez pas à vous abonner à la newsletter de notre blog, à en parler à vos amis pour nous aider à nous faire encore plus connaître
(en haut à droite ou en dessous pour la version mobile )

Pour s'abonner à la page Facebook du blog et nous suivre en cliquant sur:

 https://www.facebook.com/blogdedansdehors/

à ma page Instagram en cliquant sur:

https://www.instagram.com/christianalbi/

Pour découvrir avec moi deux autres sites splendides du Ségala tarnais, je vous propose de vous replonger dans deux précédents reportages: 

Lagarde Viaur dont je parle dans ce reportage

Et l'émouvant témoignage de Stanislas Swiateck, mineur dans les mines de Cagnac, reportage tourné dans le fabuleux musée-mine départemental que je vous invite à aller visiter pour celles et ceux qui ne le connaîtrait pas: 

Tous les sites internet indispensables pour préparer sa visite et son séjour dans le Ségala tarnais:

Justin en plein tournage à Pampelonne

Justin en plein tournage à Pampelonne

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Christian Riviere

Passionné par le patrimoine, l'Histoire et surtout les personnes qui en font parti, mon grand plaisir c'est découvrir encore et encore et partager mes découvertes....
Voir le profil de Christian Riviere sur le portail Overblog

Commenter cet article

Gauthier 01/06/2020 14:05

Bonjour
Superbe reportage! magnifique
Zoé Gauthier

Christian Riviere 01/06/2020 14:29

Bonjour Zoé, merci beaucoup pour votre commentaire et surtout merci beaucoup pour votre fidélité à notre blog et à vos partages sur Comminges-Actu. Cela nous touche beaucoup. Merci encore ! Christian